Suis-je une oeuvre d'art ? Oui, non, peut-être, pourquoi ?


Entre janvier 2002 et mai 2008 le visiteur des pages http://www.fraclr.org/users/abrahams/jesuisunoeuvredart.pl et http://www.fraclr.org/users/abrahams/iamanartwork.pl pouvaient participer à une oeuvre web collective. (anglais)


Dans cet oeuvre, produit avec l'aide financier du FRACLR les visiteurs pouvaient réagir à la question "Suis je une oeuvre d'art, oui, non, peut être?" Une réaction "OUI" était récompensée avec le son d'une bise, une réaction "NON" laissait entendre un grrrr. En même temps le numéro IP du visiteur était récupéré pour influencer sur les couleurs de la mise en page de cette page. C'était une manière d'attirer l'attention sur le fait que ce visiteur n'était pas anonyme, quelque chose que beaucoup de visiteurs ne savaient pas en 2002.
Ce qui reste de cette expérience en écriture partagée est un texte collectif, un éventail d'arguments, d'humeurs autour de la notion d'œuvre d'art dans cette période. Oeuvre d'art en général, mais plus spécifiquement oeuvre d'art sur le net; oeuvre d'art qui questionne la notion d'auteur et le rôle de l'institution. Comme Olia Lialina le démontre dans l'article "Location="Yes"", l'information dans la barre de navigation de votre navigateur est importante et beaucoup d'artistes l'utilisent dans leurs oeuvres. Ainsi je suis contente que les archives se trouvent sur le site du FRACLR.




"Suis-je une oeuvre d'art ? Oui, non, peut-être, pourquoi ?" a été présenté sur le site ‘Les 20 ans des FRAC’ en 2003 et à Betaspace en août 03. Elle est incluse dans Rhizome artbase, New Museum, New York depuis le 5 04 2004. Elle a été le sujet d'une performance le 24 septembre 2006 dans le cadre de l'expo “ Chauffe Marcel ! ”organisée par FRAC Languedoc Roussillon, à la Panacée, Montpellier.
Une suite "je (ne) suis (pas) une oeuvre d'art", aujourd'hui sur le site de bram.org a été mis en ligne dès l'automne 2002 sur le site du FRACLR.

Cécile Petit écrit en 2002 sur le rôle de l'internaute dans 'The cyber-kitchen et Je (ne) suis (pas) une œuvre d'art, problématiques de la collaboration' pour le site du Centre International d'Art Contemporain de Montréal, section : actualités:
"Un détail nous arrête toutefois dans notre enthousiasme… Je (ne) suis (pas) une œuvre d'art, le titre même de l'œuvre, pose directement les questions qu'est-ce qu'une œuvre ? Qui est artiste ? Qu'est-ce que l'art ?… ......... Ces deux œuvres, hors de la démarche propre à ces artistes, mais de par leur nature même, posent également la question de la place du spectateur dans l'œuvre on line, qu'il soit intégré ou pas dans le processus de création de celle-ci. Le regardeur de Duchamp est aujourd'hui "spect-acteur". Et même s'il est vrai qu'il ne faut pas faire trop grand cas de la place effective de l'utilisateur au sein d'une œuvre interactive car elle reste somme toute limitée, l'internaute est désormais intégré dans son concept. Et finalement, c'est ce processus de "dépossession" de l'œuvre par l'artiste et de "ré-appropriation" de celle-ci par l'utilisateur qui importe dans un projet de collaboration. C'est dans cette dynamique relationnelle et créative que l'œuvre prend tout son sens.
"

Joachim Desarmenien dans l'article sur BramTV pour Furtherfield.org (Londres) in 2005 remarque l'importance du texte dans la barre de navigation dans le travail d'Annie Abrahams:
"In Bramtv as in most of Annie Abraham's works, both the URL and hosting sever is very much an integral part of the content in the ongoing projects. For example 'I am an artwork' is hosted on the frac languedoc roussillon's website, an official art institute, that has a large contemporary art collection, 'I am not' 'served by' a splash page for Rhizome, Annie seems to always use every glimpse of information that there is to gather to put up new ways of displaying/retreating information, name dropping?"

Septembre 2008 Annie Abrahams : a(at)bram(dot)org

Du 5 au 12 décembre 2014, les archives du site web comme ils se trouvent sur le site du FRACLR et deux posters de “Je suis une oeuvre d’art : oui, non, peut être” publié en 2006 à l'occasion de la performance dans le cadre de l'expo “ Chauffe Marcel ! ”organisée par FRAC Languedoc Roussillonle 24 septembre à la Panacée à Montpellier ont été exposé dans NON-ART / NEUMETNOST, Pixxelpoint 2014 – Media Art Festival, Nova Gorica SI / Gorizia IT.