Booth (500 x 100 x 140 cm) avec 5 oeuvres netart sur ordinateur : "Rassur" 1999-2007, "Séparation" 2002, "Ne me touchez pas" 2003, "d'accord" 2006, "news series" Version "tout va bien" 2007.

"Tout va bien"

english

Exposition solo d'Annie Abrahams à la galerie ESCA à Milhaud.
Du 23 novembre au 16 décembre 2007.
Dossier de presse (13 pages) est disponible ici.

Photos : M&LS / Artelinea, ESCA et Annie Abrahams.

 

 


Poster "Manif" 100 x 250 cm. 2007, "I don't want to be a nice girl" Vidéo. 5.30 min. 2005 – 2007


"Tout va bien" Journal 2007 SolitudeS, Wishes/Vœux et PeurS/FearS


"ViolenceS", 2007 projection d'un logiciel .exe

"Cochon les cochons" , 4 vidéos, 80 nez de carnaval "groin" et un texte, 2007.


videos en ligne Aujourd'hui j'aime les cochons 2013

"Cochon les cochons" Le texte a été lu dans la performance pendant le vernissage et est mis à la disposition des visiteurs pendant l'exposition.

"
Il y a donc quatre vidéos projections sur écrans séparés. Construites en plan moyen ou en gros plan, elles se focalisent sur les cochons. Fonctionnant comme une installation autonome, elle revêt un nouveau sens dès qu’elle s’intègre à la performance. Mi-repoussante, mi-intrigante, la chair de l’animal apparaît presque abstraite, comme une peau, une sorte d’étalage rosâtre mobile. Les vidéos signifient et indexent un autre rapport à l’animal qui complète celui du texte. Ce dernier ne fonctionne pas comme une légende de l’image, ni comme sa bande-son, il joue à sur un autre niveau. Annie Abraham scrute patiemment, se focalise sur les mimiques, la quasi gestuelle de l’animal. Loin de récréer l’univers gentillet d’un Babe le cochon (film de George Miller qui connut un relatif succès au cinéma en 1999), elle cherche parfois sa place près de l’auge des cochons. Elle documente, ne construit pas réellement une narration filmique, se place toujours en retrait de l’animal, ne montrant ni son arrivée à la ferme, ni sa destinée finale. Puis la caméra croise le regard de l’animal, s’y attarde, l’humanise presque. Le dispositif de projection servira de décor, d’arrière-plan fluctuant sur lequel viennent se placer l’artiste et les participants. La lecture opère un basculement vers l’autobiographie tandis que les vidéos s’ancrent dans une approche plus documentaire. " Extrait du texte "L’entre-deux autobiographique d’Annie Abrahams : une lecture bio-fictive théâtralisée. " de Cyril Thomas, publié dans Papiers LIbres art contemporain no 51. ISBN 1263-5960

"L'un la poupée de l'autre" Vidéo avec Nicolas Frespech. 26 min.
"Tourner en rond" 1.45min en boucle. Vidéo animation. Photos prises avec Enna Chaton.


"Everything's fine", web performance de POUN aka Guérine Regnaut. Voir et écouter la performance sur le site de Guérine .


Présentation web de "pas pour toi" d'Ava Carrère.

Web performances avec l'aide de Clément Charmet (panoplie.org)

 

 

 


"Si j'étais blanche" web performance de Véronique Hubert assistée par Pascal Lièvre et Rodolphe Cintorino.